Présentation d’un sportif de haut niveau

Chaque semestre, nous vous présenterons un étudiant ou une étudiante bénéficiant du statut de sportif de haut niveau à l’Université Savoie Mont Blanc.

Aujourd’hui, voici la présentation de Théo de Blic, sportif de haut niveau en parapente acrobatique et étudiante en LLCE Anglais, sur le campus de Jacob Bellecombette.

DCIM101DRIFT

DCIM101DRIFT

© Théo de Blic / Drift Innovation

Peux-tu me présenter brièvement ton sport?

Je pratique la voltige en Parapente. Comme son nom l’indique, c’est tout simplement le fait de faire des figures en Parapente. Il y a un bon nombre de figures et la plupart peuvent être comparées à celles exécutées dans le ski freestyle, le skate etc…

Qu’est-ce que ton sport t’apporte personnellement?

Tout d’abord, c’est mon métier, et ce depuis 3 ans. Ça veut dire que je vis exclusivement du salaire que me versent mes sponsors. Donc personnellement cela m’apporte énormément. Cela me permet de voyager au rythme des compétitions, des shows aériens et de mes projets, du coup je passe environ 6 à 8 mois par an à voyager un peu partout. Vivre de ma passion est tout de même une expérience incroyable et surtout, on ne s’ennuie jamais !

Pourquoi avoir choisi le parapente ?

Mon père était moniteur de parapente, donc j’ai fais mes premiers vols en tandem à 2ans, puis mes premiers vols seuls à 12ans, c’était donc assez naturel de continuer dans le parapente par la suite. Comme c’était une vrai passion j’ai toujours voulu en faire mon métier et j’ai travaillé pour atteindre mon objectif. Du coup je ne peux pas dire que j’ai vraiment choisi le parapente, j’ai commencé à voler parce que c’était normal dans ma famille puis avec le temps c’est devenu une passion.

Le fait de devenir sportif de haut niveau était-il un projet, un objectif ou est-ce que cela s’est fait naturellement?

Je pratique le parapente depuis que j’ai 12ans, donc forcément au bout d’un certain temps on se met à espérer un avenir dans le sport. Donc, depuis l’âge de 14ans j’ai pour objectif de devenir professionnel et de vivre exclusivement du parapente. Dans un sport comme le mien, devenir pro c’est forcément passer par la compétition et surtout sortir de bons résultats. Le statut de sportif de haut niveau vient donc naturellement, et je dirais même que c’est indispensable pour pouvoir continuer des études. Être athlète professionnel prend énormément de temps et sans les aménagements fait par l’Université de Savoie, je n’aurais pas le temps de faire des études.

Quels sont tes gros projets à l’avenir (compétitions, etc.) ?

J’ai énormément de projet pour l’avenir : après avoir fini 3ème de la Coupe du Monde 2014, j’espère faire encore mieux pour 2015. Mais j’ai également de nombreux autres projets : j’adore travailler avec des réalisateurs pour faire des films et j’ai pleins d’idées pour 2015. Grâce à l’Université de Savoie j’ai le droit à un aménagement d’étude qui me libère pendant toute la saison, j’ai donc tout le temps nécessaire pour me concentrer sur tous ces projets.

Penses-tu que tu peux apporter quelque chose à l’université avec ce sport?

Je n’ai pas la prétention de dire que j’apporte quelque chose à l’université mais j’espère montrer aux étudiants qu’on peut être athlète professionnel tout en suivant des études, et que le sport peut être une super expérience professionnelle.

Quelle idée as-tu du futur?

Le futur ? Pour le moment je suis en tout début de carrière j’ai donc encore de nombreuses années devant moi en tant que pilote pro. Je vais en profiter un maximum et continuer à vivre mon rêve. En parallèle je vais continuer mes études pendant la hors-saison pour obtenir mon diplôme, car il faut toujours garder en tête la réinsertion professionnelle en cas de blessure ou pour la fin de carrière.

Propos recueillis par Fanny Micoud, dans le carde du projet personnel sport.