Championnat de France Universitaire de Cross

Le jeudi 12 décembre 2013 à St Priest, un peu moins de 300 concurrents étaient au départ d’un cross très technique et boueux. Six coureurs de l’Université de Savoie avaient fait le déplacement.

Gerard Christopher se classe 27°, Maleszka Pierre 83°, Miton Nolan 98°, Chauvetet Paul 121, Nicolas Leroy 125°, Colom Martin 150° et Julien Orvelin 159°.
L’équipe Homme de l’Université de Savoie s’offre la 10ème place.

Chez les filles, Le Rouzic Enora finie 89° et Langlois Dorianne termine 32°.

cross

Témoignage de Julien Orvelin ( Triathlète ) :

Je n’avais jamais participé à une telle expérience en course à pied. Ce Jeudi j’étais au départ du Championnat de France de cross Universitaire à St Priest. Après les Championnats académiques de la semaine dernière qui me servait de course de reprise, je me suis présenté au départ en petite forme mais motivé par ce très bel évènement. Un peu moins de 300 concurrents étaient au départ. De nombreux coureurs de l’équipe de France Espoirs de cross avaient également fait le déplacement. Le genre d’athlètes capables de courir moins de 8min au 3000m…ça laisse rêveur.

Dans un brouillard Lyonnais le départ a été donné à 14h30. Un peu plus de 7000 mètres étaient au programme avec de la boue et des relances ! Tout ce qu’il faut pour faire un joli cross. Les premiers arrivent en 21’30 » ; je termine en 26’14 » à la 159ème position. Alors 159ème c’est bien, ce n’est pas bien…je m’en moque un peu ! Le cross ce n’est pas mon dada mais ça permet de s’entrainer différemment. Les frangins sont beaucoup plus à l’aise que moi pour ramener des médailles.

Ce que je retiens de cette course dans un premier temps c’est la qualité des athlètes à l’avant de la course. Le podium est constitué uniquement d’athlètes en équipe de France. Ces mecs sont capables de courir à plus de 19km/h dans des parcours boueux au possible. Leurs qualités de pied et de rendement musculaire en course à pied m’ont vraiment stupéfait.

Ensuite j’ai pu constater la densité des coureurs dans un tel évènement. Pour donner un ordre d’idée, avec une minute de mieux sur ma course le top 100 était envisageable. Un coureur passe donc la ligne d’arrivée toutes les secondes. Quinze secondes de relâchement, c’est autant de places qui s’envolent.

Enfin la gestion de course est un élément très important sur un cross. Les premiers sont capables de lancer le 1er kilomètre et le dernier kilomètre à plus de 20 km/h. Ils lancent l’allure, font décrocher un maximum d’athlètes puis régulent toute la course pour lancer le sprint final à près de 1000m de l’arrivée. Partir fort est primordial pour s’extraire de la masse dans un cross car les parcours ne sont pas larges. Seulement partir fort tout le monde sait le faire mais maintenir l’allure, seuls les meilleurs en sont capables.

J.O