Tai chi chuan chy

Lien vers l'application d'inscription

Présentation de l'activité

Le Tai Chi Chuan est un art martial interne chinois, ainsi qu’une gymnastique traditionnelle. Il est composé de séries de mouvements exécutées dans la lenteur et dans la rapidité. Il vise la maîtrise des gestes du corps ainsi que l’équilibre mental au moment du geste.

Les mouvements ont à la fois une application martiale (esquives, parades, frappes, saisies…) et énergétique.

Conditions d'enseignement

12 cours d’1H30
Salle de danse de la Halle des sports de Jacob ou Emile Allais au le Bourget

Conception de l'activité

Le Tai chi chuan, ou taiji quan (« boxe du faîte suprême ») est un art martial d’origine chinoise, dont la légende attribue l’invention à un maître taoiste Zhang Sanfeng au Xème siècle. Mais des écrits relatent que des maîtres pratiquaient des exercices de ce type bien avant cette date.
Le Tai Chi Chuan est un art martial dit « ésotérique » ou « interne » (à la différence par exemple du Kung fu qui est un art « externe » ou « exotérique ») c’est-à-dire qu’il repose sur la mise en mouvement et la maîtrise du « Qi », énergie vitale utilisée en médecine chinoise et qui fait dire de cet art qu’il est un art de « longue vie ».

Logique interne de l'activité

La pratique proposée est du Tai chi Chuan du style « Yang », lequel est le plus répandu et de l’école des maîtres « Tung », l’actuel maître étant Master TUNG KAI YIN. L’enseignement donné dans le cadre des cours a été transmis par Michèle ROLDES qui fût l’élève du maître actuel, mais également avant lui de son père, Master TUNG HU LIN.
L’apprentissage de base est un enchaînement de 108 mouvements décomposés en 3 parties correspondant symboliquement à la terre, à l’homme et au ciel. Ces mouvements se pratiquent lentement et correspondent à des mouvements de self défense. Mais ils permettent également de travailler le souffle (la respiration), le positionnement de son corps dans l’espace, la libération des tensions corporelles et de l’intellect.
Cet enchaînement de base s’accompagne de son pendant en version rapide (que l’on nomme le « fast set ») qui permet de travailler d’avantage l’aspect martial du tai chi et la maîtrise de la self défense et plus particulièrement la rapidité de l’exécution des mouvements, lesquels ne doivent pas pour autant perdre en précision. Une fois maîtrisés les enchaînements de base lent et rapide, la pratique s’oriente vers du travail à deux codifié, vers un autre enchainement spécifique à la lignée Tung (nommée le « family set » qui est un subtil mélange de lent et de rapide) et enfin vers le travail des armes (sabre, épée, bâtons, etc.).

Compétences spécifiques visées

  • Placement du corps dans l’espace
  • Enracinement du corps dans la terre
  • Recherche de l’équilibre du corps dans les mouvements et les déplacements
  • Coordination mouvements des bras et des jambes en homo latéralité et contre latéralité
  • Utilisation de la mobilité simple et naturelle du corps et de la capacité à se mouvoir
  • Conscience de l’autre dans le travail de groupe et dans le travail à deux
  • Fluidité, continuité du geste, la fin d’un mouvement entraîne le début de l’autre
  • Acquisition de techniques efficaces de self défense

La définition des contenus : Elle dépend beaucoup des personnes composant le groupe, notamment en termes d’élèves « débutants » ou « avancés ». C’est sur cette composition de groupe que seront définies la composition des sous groupes de niveau, la durée du travail commun et les exigences vis-à-vis des élèves.

Logique du comportement

L’étudiant, conformément à l’usage de la pratique, intègre un groupe quel que soit son niveau. Tout le monde travaille, au moins pour une partie du cours, ensemble. Si, dans le groupe figurent des étudiants ayant déjà bénéficié de l’enseignement sur un ou plusieurs semestres, ils encadrent les élèves débutants. Dans un second temps des groupes de niveaux sont formés pour que chacun puisse progresser à sa mesure, avec des étudiants de son niveau. Dans la mesure du possible, les plus anciens feront, sous le contrôle de l’enseignant, bénéficier de leur compétences et expérience les débutants. Un cours se termine toujours par un travail de l’ensemble du groupe, souvent la répétition du mouvement d’ouverture de l’enchaînement, afin d’apporter un recentrage des élèves sur eux-mêmes et un retour au calme après un travail qui a été plus dynamique. C’est un temps privilégié pour travailler sur le souffle et la respiration, ainsi que sur l’énergie de groupe.

Quelles aptitudes sont attendues d'un sportif de Niveau 1 ?

Niveau 1 = Débutant

  • Apprentissage des bases du positionnement du corps
  • Apprentissage, en fonction des personnes et de leur capacité à avancer plus ou moins vite, des ¾ ou de la totalité de la première partie du lent et du tout début de la première partie du « fast ».
  • Apprentissage de certaines applications martiales

 

Quelles aptitudes sont attendues d'un sportif de Niveau 2 ?

Niveau 2 = Avancé

  • S’adresse aux étudiants ayant suivi au moins un semestre.
  • Apprentissage de la suite de l’enchaînement lent et du « fast ». L’exprience montre que sur un cycle régulier de six semestres, l’étudiant peut avoir acquis la connaissance générale de la totalité des 3 parties des enchaînements lent et rapide. Il lui restera ensuite à approfondir ce premier travail et à entrer dans une subtilité plus profonde du Tai Chi Chuan (par exemple, les coordinations de mouvements entre la cheville et le poignet, le genou e le coude, l’épaule et la hanche).
  • Développement du travail à deux et des applications martiales codées
  • Apprentissage du « family set »

 

Modalités d'évaluations en fin de cycle

Pour la partie technique, elle se fait tout au long des séances par le regard porté sur le travail développé par l’élève. Il concerne le travail individuel mais aussi pour une part importante le travail en groupe (vitesse, conscience de l’autre, capacité d’adaptation du mouvement dans l’espace). Elle est ensuite formalisée au cours d’une séance ou les élèves vont faire tous ensemble à au moins 2 reprises l’enchaînement (lent et rapide) qu’ils connaissent avant de passer en petits groupes (2 à 4 personnes en général) ou l’enchaînement est refait. Une rapide critique individuelle est faite alors oralement, puis des questions sont posées sur certaines postures et les élèves doivent montrer leurs connaissances en termes d’application martiale.

Critères d'évaluations en fin de cycle

  • Travail de groupe (vitesse, conscience de l’autre, adaptation)
  • Enchaînement Lent (assise, sens de l’équilibre, gestion de l’axe, transfert du poids, orientation des hanches)
  • Enchaînement rapide (Coordination dans la vitesse, placement du corps)
  • Application martiale codée

Observations générales : un regard particulier est porté sur l’enracinement, la fluidité, la continuité, la présence, ainsi que sur la conscience du geste dans son aboutissement martial. L’essentiel pour un étudiant est de comprendre qu’il n’est pas en compétition, que nul ne se mesure à un autre. Chacun à son rythme doit pouvoir avancer, sans avoir peur d’aller lentement : la seule chose à craindre c’est de s’arrêter.